jeudi 13 juin 2013

LA PETITE HISTOIRE DE LA MANGUE

Un des enfant souhaite planter un manguier...faut dire qu'il est amateur de ce fruit que tous n'ont pas la chance de déguster ici dans ce pays froid! Alors avant de se lancer dans cette aventure nous allons étudier un peu son histoire! 


Le terme « mangue » est apparu dans la langue au tournant du XVIIe siècle. Il vient du portugais manga, qui l’a emprunté au tamoul mangka ou man-gay. À La Réunion et dans les autres îles de l’océan Indien, selon la variété et l’usage que l’on fait du fruit, il peut porter le nom de « mangot » ou de « mangotine ».

Le genre Mangifera vient du Sud-Est asiatique. L’ancêtre du manguier cultivé y pousse toujours à l’état sauvage. On consomme la mangue depuis les temps les plus reculés. Sa domestication pourrait remonter à 4 000 ans avant notre ère, en Inde. Pour tous les peuples de cette partie du monde, la mangue était, et est toujours, considéré comme « le roi des fruits ». En Inde, il a longtemps symbolisé la royauté elle-même.

Inconnu des Grecs et des Romains, de même qu’au Moyen Âge, le manguier ne sera introduit en Angleterre et en Europe qu’au XVIIIe siècle par les Anglais. Ces derniers occupaient alors les Indes, quoique l’origine antérieure de son nom dans la langue française donne à penser qu’il y était peut-être connu avant. Les Espagnols et les Portugais l’introduiront en Amérique à la même époque. Aujourd’hui, il est cultivé dans plus de 90 pays tropicaux et sous-tropicaux. L’Inde, le premier producteur mondial de mangues, a apporté des améliorations à l’espèce. Du petit fruit sauvage extrêmement fibreux, dont le goût rappelle celui de la térébenthine, il est devenu le fruit moderne, à chair tendre et agréablement aromatique. Au fil des siècles, toute la science et le savoir-faire des paysans indiens a permis de sélectionner plusieurs centaines de variétés.

Dans les pays tropicaux, en plus des fruits mûrs, on consomme les fruits verts. Ils entrent dans la fabrication de diverses préparations alimentaires, tels les chutneys, les marinades, les conserves à l’huile et les boissons.

On tire de l’amande du noyau une huile comestible qui, en certains endroits, remplace l’huile de coco. On extrait aussi une farine qui entre dans la composition de certains plats (notamment les chapatis indiens).

BIENFAITS:

La mangue est riche en vitamines A, E, C et en sélénium qui aident à protéger contre les maladies cardiaques et autres affections
Riche en fer: Les femmes enceintes et les personnes atteintes d'anémie sont conseillés d'en manger régulièrement
La mangue est utile pour lutter contre l'acididité et la mauvaise digestion, elle est riche en anti-oxydants et faibe en hydrates de carbone. Son "action prévention" lutte efficacement contre le vieillissement cellulaire prématuré provoqué par certains cancers et de l'arthériosclérose.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire