samedi 22 juin 2013

Ail - allium sativum

Ail - allium sativum                                                                                                                 


Indispensable condiment, trésor de bienfaits pour la santé, l'ail est de surcroît très facile à cultiver. Il supporte le froid, préfère les sols pauvres et ne nécessite aucun arrosage...

Son nom botanique : Allium sativum, famille des alliacées ou des liliacées.
Ajouter une légende
Ses noms communs : ail cultivé, ail à tige tendre, ail à tige dure, ail à bâton.
Les parties utilisées de l’ail : bulbes.

Ses propriétés et indications médicinales :

L’ail frais est tout à fait indiqué pour chasser les parasites (tiques et vers), pour abaisser très légèrement la tension artérielle et réduire certains facteurs de maladies cardiovasculaires : lipides sanguins, agrégation plaquettaire, diabète. Il aide à diminuer les risques de récidive en cas de troubles cardiaques et prévenir certains cancers. L’ail contribue à réduire les taux de lipides sanguins et la tension artérielle, prévenir les troubles cardiovasculaires liés au vieillissement et à l'athérosclérose pour ainsi améliorer la circulation périphérique. L’ail aide à traiter les infections des voies respiratoires et à combattre les infections de toutes sortes, tant internes qu'externes.

Pour soigner parasites intestinaux :

L’ail est un excellent traitement contre les parasites intestinaux (oxyures, ascaris) et également de la peau.

Pour soigner les infections respiratoires :

L’ail convient particulièrement bien aux soins des infections respiratoires car ses constituants antiseptiques sont éliminés par les poumons (ce qui donne l’haleine d’ail).
L’ail combat puissamment, les infections respiratoires : rhume, grippe, sinusite, laryngite, amygdalite, coqueluche, bronchite et pneumonie. Évidemment, plus l’infection respiratoire est grave, plus la personne affectée devra être au repos et se faire soigner par une personne ayant un regard objectif sur l’évolution de la maladie.

Comment l’utiliser en cas d’infections respiratoires :

Pour ses vertus antibiotiques et antivirales, on prendra l’ail frais cru en interne : éplucher une ou deux gousses d’ail frais,écraser, hacher, mettre dans une grosse gorgée d’eau et avaler. Répéter deux ou trois fois par jour (dosage adulte) pendant quelques jours.

On peut aussi frotter l’ail frais sous les pieds ou utiliser une gousse épluchée et intacte comme suppositoire (utiliser de l’huile d’olive comme lubrifiant).
Vous remarquerez que même ces deux dernières formes d’utilisation donnent l’haleine d’ail ! Les constituants actifs de l’ail frais (alliine + allinase = allicine) voyagent très bien dans le sang et font le tour du corps très rapidement.

Otite :

En cas d’otite, mettre une petite gousse d’ail intacte (écrasez légèrement mais sans la briser) dans l’oreille. Ne pas enfoncer trop profondément.
Pour les verrues, couper une rondelle d’ail frais et appliquer sur la verrue à l’aide d’un diachylon. Changer de morceau d’ail chaque jour. Attention de ne pas brûler la peau autour de la verrue.

Infections vaginales :

Pour les infections vaginales, on peut fabriquer un petit tampon avec une gousse intacte, de la gaze et une cordelette. Lubrifier avec de l’huile d’olive. Insérer pendant quelques heures, puis enlever ou changer. (Reste que la crème Canesten fait très bien l’affaire.)

L`ail contre le cancer :

L`ail et ses cousins (oignon, poireau, échalote, ciboulette) freinent le développement du cancer, tant par leur action protectrice envers les dommages causés par les substances cancérigènes que par leur capacité à empêcher les cellules cancéreuses de croître. Les molécules responsables de ces effets anticancéreux sont libérées par le bris mécanique de ses légumes. L`ail fraîchement écrasé est de loin la meilleure source de composés anticancéreux et doit être préféré aux suppléments.
Protection cardiovasculaire

L’ail est vraiment un ami du cœur, du sang et des artères. Les utilisations de l’ail dans les cas de taux élevés de cholestérol sanguin et d’athérosclérose ont été étudiées abondamment et prouvées par de nombreuses recherches.
L’ail diminue la production de cholestérol par le foie, améliore les proportions de « bon » et de « mauvais » cholestérol, facilite l’expulsion du cholestérol excédentaire et diminue la pression artérielle. Et même que l’ail participe à la destruction de plaques de cholestérol dans les artères. De plus, il garde le sang bien fluide et l’empêche de faire des caillots à tout moment.

Comment consommer l’ail pour aider votre cœur :

Les personnes souffrant d’hypercholestérolémie et/ou d’athérosclérose, peuvent consommer l’ail cru, soit 4 g par jour d’ail frais ou 1 c. à thé de vinaigre d’ail ou sous toutes ses formes. Les constituants de l’ail qui agissent sur les facteurs affectant le système cardio-vasculaire sont bien présents dans toutes les préparations d’ail, incluant l’ail cuit. On s’en donnera donc à cœur joie, sans trop se soucier de son haleine !

Sur les tablettes :

Plusieurs produits « phytopharmaceutiques » à base d’ail existent sur le marché. On retrouvera ainsi de l’ail « vieilli », « désodorisé ;» et autres préparations complexes ; comprimés d’allicine stabilisée, extrait d’ail mûri inodore et ail «kyolic». Bon nombre de ces produits sont probablement efficaces, mais également plus propices aux effets secondaires désagréables et/ou dangereux… Rien n’équivaut la bonne vieille gousse d’ail !

Pourquoi utiliser de l’ail bio :

Les constituants antiseptiques de l’ail sont composés à partir de molécules de soufre. Or, l’ail cultivé de manière biologique est plus riche en soufre que l’ail issu de l’agriculture conventionnelle.

Précaution à prendre avant un usage thérapeutique :

L’ail cru coupé peut brûler la peau ou échauffer un ulcère gastrique !
Il ne faut pas consommer trop d’ail si on prend déjà des médicaments anticoagulants (warfarine, héparine, antithrombine, …).
Attention à la consommation d’ail avant une opération, un accouchement ou une extraction dentaire : il peut faire saigner abondamment.
Les hypoglycémiques doivent faire attention parce que l`ail pourrait faire chuter la glycémie rapidement.

Contre-indications :

Aucune connue, sauf peut-être pour les personnes atteintes de porphyrie, une maladie très rare du métabolisme sanguin (voir Historique).
On recommande cependant d'éviter de consommer d'importantes quantités d'ail (aliment ou suppléments) avant et après une intervention chirurgicale en raison de ses effets anticoagulants qui pourraient augmenter les saignements. Aux doses alimentaires habituelles (4 g par jour), l’ail ne présente cependant pas de danger avant une opération.

Effets indésirables :

Légers malaises gastro-intestinaux occasionnels à la suite d'une forte consommation d'ail.
Certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à digérer l’ail cru.
Possibles réactions de la peau ou des muqueuses résultant de l'application topique d'ail frais.
L'haleine du mangeur d'ail dégage des effluves qui ne sont pas toujours appréciés. La consommation régulière d'ail favorise la formation d'enzymes qui aident à minimiser ces effluves. Manger du persil frais aide également à réduire la mauvaise haleine.


Avec des plantes ou des suppléments :

Les effets de l'ail pourraient s'ajouter à ceux d'autres plantes ou suppléments qui éclaircissent le sang ou qui ont des effets anticoagulants.

L’ail au jardin :

L’ail est très bien adapté à notre climat québécois. On plante les bulbes d’ail à l’automne, le bout pointu vers le haut, à tous les 6 pouces. L’ail ainsi planté sera prêt à être récolté à la fin de l’été suivant.
On l`associe au chou, à l`aubergine et à la tomate. Cependant, évitez de faire pousser de l`ail à proximité des légumineuses telles que les pois et les haricots.
De plus, les préparations à base d`ail comme insecticide et fongicide, agissent sur plusieurs insectes, y compris ceux qui sont utiles.

http://www.alternativesante.com/capsulesante/recettes/recettes.asp?NoSouscategorieCapsules=2&NoCapsules=2056

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire